Chère municipalisation

 

Depuis 1991, l’association Magny Loisirs a su allier souplesse et efficacité au bénéfice des enfants de 3 à 12 ans

Pourtant, début 2010, sans que rien ne l’y oblige, la majorité a souhaité lancer une délégation de service public (DSP) concernant la gestion des 3 centres de loisirs, excluant volontairement du champ de la DSP certaines activités phares de l’association : camps de vacances ou Forum du jeune citoyen.

 

Aussi, lorsqu’il a fallu ajouter l’ensemble des frais induits HORS du champ de la DSP, le compte n’y était plus ! La majorité n’avait pas anticipé les coûts induits par les services rendus bénévolement par Magny Loisirs grâce à la forte implication des parents.

 

En catastrophe, la majorité a cassé la DSP qu’elle avait elle-même lancée et a choisi de municipaliser des services qui étaient pourtant rendus sans difficulté par Magny Loisirs.

Elle fait le triste choix de fragiliser un tissu associatif, pourtant particulièrement vivant à Magny…

 

Aujourd’hui, elle affirme qu’elle n’avait pas d’autres choix et présente la municipalisation comme l’ultime solution d’intérêt général !

Force est de constater que la majorité a fait un choix hasardeux en établissant une DSP, un choix coûteux en choisissant la municipalisation, voire un choix inefficace : une structure plus lourde, moins souple, impliquant moins les parents.

Un choix auquel l’encadrement de Magny Loisirs n’a pas adhéré, refusant d’intégrer la nouvelle structure…