« Après le 13 novembre, se retrouver… »

Chers amis,
Le vendredi 13 novembre, la barbarie a frappé notre pays. 
Depuis, individuellement et collectivement, nous avons pensé aux victimes et à leurs familles, aux forces de l’ordre et de secours qui font un travail exemplaire et courageux. Ces hommes et femmes méritent notre soutien et notre reconnaissance.
Le cœur de Paris a été touché : celui de la jeunesse, celui de la vie, de la musique, des spectacles et des terrasses. « Paris, la capitale des abominations et de la perversion, celle qui porte la bannière de la croix en Europe« , comme le dit le communiqué de presse de « l’Etat islamique » qui revendique ces attentats.

Nous avons attendu pour vous écrire à nouveau. Par respect, par pudeur. 
Beaucoup sont en état de choc, et d’autres connaissent même des proches directement concernés par les attentats.

Le week-end prochain, nous avions prévu de venir à votre rencontre pour vous inviter au Forum de la Réussite. Mais tracter nous semble trop déplacé au regard de ce que nous traversons.
Ce forum était une promesse de campagne, et nous avons l’habitude de tenir nos promesses. Nous l’avons initié l’an dernier et nous devions le renouveler le 28 novembre prochain. Ce sont des sujets importants que nous y évoquons : ceux de l’emploi, de l’aide à la reconversion professionnelle et à l’orientation scolaire.
En raison des attentats, nous préférons le reporter (très probablement en février) et nous vous proposons de nous retrouver, samedi 28 novembre, au pôle Blaise Pascal, pour un moment d’échanges et de partage entre 16 heures et 18 heures.

Depuis les attentats, beaucoup parlent.
Mais ces paroles sont bien souvent confuses ou parfois même indécentes.
Nous voulons échanger pour vous partager nos convictions : nous avons perdu du temps et préféré fermer les yeux. Nous avons laissé grandir le communautarisme et le fanatisme.
Disons les choses : même ici, dans notre ville, nous sommes immédiatement caricaturés quand nous demandons des explications ou rappelons que la sécurité des Magnycois est la première de nos libertés.

Il nous appartient de faire face. De rester debout. 
De porter haut nos valeurs et nos couleurs. De ne pas avoir peur de vivre pour ne pas les laisser gagner; eux qui veulent que nous soyons saisis au quotidien par la peur.
Nous avons tous un rôle à jouer : élus, parents, enseignants, associatifs. Et tout simplement citoyens.

Nous souhaitons y prendre toute notre part.

Nous espérons vous voir nombreux samedi prochain,
Amitiés fidèles,
Aurore Bergé pour Magny Nouvelle Energie

Conseil municipal du 2 novembre : ce qu’il faut en retenir

L’essentiel du Conseil municipal du lundi 2 novembre :
Le sujet principal à l’ordre du jour : l’accessibilité des bâtiments municipaux pour les personnes handicapées.
Les communes avaient 10 ans pour réaliser les aménagements nécessaires. Le bilan de ces 10 ans à Magny ? Un zéro pointé ! Aucun bâtiment construit avant 2015 n’est en conformité avec la loi. Le symbole le plus flagrant ? Notre mairie dont la porte est si lourde qu’elle empêche aux personnes en fauteuil de pouvoir y entrer.
Maintenant, la municipalité a 3 ans pour se mettre en conformité avec la loi. Vos élus MNE seront particulièrement attentifs au bon respect de cet agenda et au choix des prestataires…

Le Conseil municipal a aussi donné lieu à un très vif échange sur la question de l’implantation d’une « mosquée » cet été à côté des jardins familiaux. Un très vif échange au regard de l’extrême nervosité de l’équipe municipale.
Une nouvelle fois, on nous a reproché de … poser des questions ! Oui, j’estime que des questions légitimes se posent et qu’il est de la responsabilité du Maire que de clarifier.
Une nouvelle fois, la seule réponse aura été que nous « instrumentalisons les peurs » et que « nous nous rapprochons des extrêmes ».
Et qu’il avait été scandaleux que nous demandions que l’aumônerie puisse bénéficier d’un stand au Forum des Associations…
Nous ressentons une certaine lassitude à nous voir toujours opposer les mêmes faux arguments…
Ce qui ne nous empêchera pas de persévérer et de les mettre face à leurs responsabilités !